Feeds:
Posts
Comments

egg incubation

Happy spring everyone! I didn’t hibernate but surely stayed quiet on our blog over the winter although I have been taking care of my incubating eggs. Work has slowly picked up speed in the last weeks and now it is all started again!

Joyeux printemps! Non, je n’ai pas hiberné mais il est vrai que je suis demeurée plutôt muette sur le blog de la Société cet hiver. Je prenais soin de mes oeufs de saumon. Le travail a repris tranquillement dans les dernières semaines et on est maintenant de retour prêts et motivés pour la nouvelle saison.

Speaking of eggs… here is my story.

En parlant d’oeufs de saumon… voici mon histoire

Last season, we put floating cages at strategic points on the river. The goal was to gather adult salmons for the salmon program. Fisherman could put their catch in the cage on a voluntary basis and give us a call. We would then pick the salmons up and bring them to our fish hatchery. Overall, we gathered 20 salmons: 12 females and 8 males.

En août 2010, nous avons placé des cages flottantes à certaines fosses de la rivière. Le but étant de rassembler des géniteur pour en faire la reproduction. Les pêcheurs qui le voulaient bien pouvaient déposer leur prise dans la cage flottante et nous en avertir. Il ne nous restait qu’à aller ramasser le saumon et à le rapporter à notre pisculture. En tout, ce sont 20 poissons qui ont été recueillis: 12 femelles et 8 mâles.

We spawned the females in two separates days: october 14 and 22nd. All the adult salmons were released into the river. We follow a partial factorial reproduction plan. In other words, eggs from the Female #1 were split in four and mixed separately with the sperm of Male #1, #2, #3, #4. This might sound a little confusing but all that matters is that we do take precautions in our mating design to preserve genetic integrity and diversity of the salmon population.

La ponte a eu lieu à deux occasions: les 14 et 22 Octobre. Tout les saumons ont été relâchés dans la rivière. Le plan de reproduction est un factoriel partiel c’est-à-dire que les oeufs de la femelle #1 sont séparés en quatre parts et que le sperme des mâles #1, #2, #3, #4 est ajouté aux parts d’oeufs. Ca peut sembler un peu sorcier mais tout ce qui importe est que nous prenons vraiment des précautions pour préserver la diversité et la variation génétique de notre population de saumon.

The eggs were put into the incubator and checked at least once a week. We fertilized a total of 86000 eggs. Below is a picture of the incubator room. In reality, 86000 eggs is really not that much. Our hatchery could easily hold up to 600 000 eggs. We choose to incubate fewer eggs this winter and see how it goes. This was my first year at incubating salmon eggs although I did almost 10 years of hatchery work in the past mostly dealing with marine invertebrates.

Les oeufs sont déposés dans les incubateurs et je suis allée les vérifier au moins une fois par semaine. Au total, nous avons fécondés 86000 oeufs. La photo ci-dessous est notre écloserie. En réalité, 86000 oeufs c’est pas beaucoup. Nous avons une capacité de près de 600 000 oeufs à l’écloserie. Cet année était un peu comme une pratique. C’était ma première année à faire la culture d’oeufs de saumon même si j’ai près de 10 ans d’expérience en écloserie d’invertébrés marins.

As of today, 99% of the remaining live eggs have hatched. Of course, we did have egg mortalities. This winter has been somewhat a little rough for the incubating eggs as they had to put up with 2 major flooding events and an event of water shortage. Flooding is not so much a problem for a submerged organism, it is the amount of dirt and material in the water that causes mortalities of the very very fragile eggs. I estimate that we should be able to put just about 40 000 frys into the river this year. That should be toward the end of june.

Aujourd’hui, c’est près de 99% des oeufs vivants restants qui ont éclos. Évidemment, nous avons eu de la mortalité d’oeufs ou simplement des oeufs qui n’ont jamais été fertilisés pour quelque raison que ce soit. Cet hiver a aussi été plutôt difficile pour les oeufs en incubation puisqu’ils ont dû endurer 2 inondations majeures et un épisode de manque d’eau. Ce n’est pas tant l’inondation le problèmes pour des organismes submergés mais la qualité de l’eau est grandement diminuée et cause la suffocation des oeufs si fragiles. J’estime à ce jour qu’environ 40000 alevins ensemenceront la rivière au mois de juin.

Advertisements

La Société Cascapédia n’encourage pas la remise à l’eau des truites Arc-en-ciel, comme ce n’est pas une espèce indigène    truite Arciel affiche-TAC_18x24-F-3 

The Cascapedia Society do not promote catch and release of Rainbow Trout since the species is not indigenous      rainbow trout_18x24-Anglais-final

NOTE

À :                              Pêcheurs et pêcheuses de la Cascapédia       

DE:                             Marc Gauthier, Directeur général

DATE:                       Mercredi, 15 septembre 2010

SUJET:                     Participation aux tirages au sort des réservations pré-saison

Bonne nouvelle! Nous avons observé le deuxième plus grand nombre de saumons de l’histoire des décomptes en plongée, soit 2 375.  Nous avons donc atteint et surpassé notre objectif de 2 000 géniteurs. 

Du coté des captures, 1 313 saumons ont été capturés et remis à l’eau. Seulement 25 grands saumons ont été récoltés sur le quota de 100 disponibles en août. En incluant les grilses, c’est 53 saumons qui ont été récoltés. De cette façon, non seulement la communauté Micmaque consent à un arrêt des pêches mais les pêcheurs sportifs collaborent aussi à l’atteinte de la cible de gestion.

Nous tentons de rendre notre page web des plus utiles avec les données de niveau d’eau en temps réel, les informations sur la tarification, la liste d’hébergement, la carte et surtout, la possibilité de participer au tirages au sort en ligne.

La Société Cascapédia aura bientôt 30 ans, nous avons à cœur l’amélioration de la gestion de la rivière et de votre expérience de pêche. Vous trouverez ci-joint un questionnaire que nous vous serions gré de bien vouloir remplir et nous retourner. Votre opinion est importante!!!

Au niveau du plan d’intervention pour le stock de saumon, il n’y aura pas de changements pour la saison prochaine. La remise à l’eau sera obligatoire en juin, juillet et septembre 2011.  L’atteinte et le dépassement de l’objectif de 2 000 saumons une année donnée ne constitue pas une tendance.

Au niveau de la biologie, l’inventaire des saumoneaux en dévalaison a connu un remarquable succès, on estime à 300 000 leur nombre cette année.  Avec un taux de retour d’environ 1 %, c’est près de 3 000 géniteurs que l’on reverra dès l’an prochain avec le retour des grilses pour débuter et des dibermarins en 2012 et ainsi de suite.  Les opérations d’ensemencement reprennent de la valeur avec notre situation de léger surplus de géniteur en rivière, nous tenterons d’en prélever cet automne. 

Nous devons décerner un prix citron au Ministère des transports du Québec pour la qualité de ses travaux sur la route 299, qui ne respecte pas l’atteinte de ZÉRO sédiment dans les cours d’eau.

Notre équipe de guide est là, fidèle au poste malgré vents et eaux hautes ou basses, elle cumule un grand nombre d’années d’expérience et aime bien que vous partagiez la vôtre aussi. Plusieurs de nos guides connaissent la technique de lancer à deux mains et nous en possédons deux que nous prêtons volontiers, tentez l’expérience!

Au niveau de la protection contre le braconnage, nous opérons toujours quatre camps, 7 jours sur 7, à des fosses de rétention stratégiques.  Nous avons fait l’acquisition d’un véhicule quatre places pour accroître la surveillance stationnaire sans véhicule à proximité de la zone. Plusieurs constats d’infraction ont été émis en 2010.

Il ne me reste plus qu’à vous remercier, vous, chers pêcheurs, et je veux souligner qu’une façon simple de supporter votre rivière et ses saumons est tout simplement de venir y pêcher.

Un merci tout particulier à toute l’équipe : Darlene, Tammy, Stephanie et Julia à l’accueil et administration, Ken Labrecque, superviseur de l’équipe de guides : David Caplin, Perry Coull, Carl Bujold, Delphine Paul, Jason Ferland, Edward Woodman et Larry Coble (Chubby), Hervé Bujold, superviseur de l’équipe de gardiens et assistant à la protection de la faune et les 19 membres de son équipe, et finalement Valérie Moreau, nouvelle biologiste, responsable de l’inventaire des saumoneaux, de la pisciculture et de la surveillance du bassin versant (foresterie, castors causant des problèmes, embâcles et aménagement de cours d’eau).

Salmonicolement vôtre

 Marc Gauthier

Directeur général

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

NOTE

TO:                            Cascapedia river anglers        

FROM:                      Marc Gauthier, General Manager

DATE:                       Wednesday, September 15, 2010

SUBJECT:               Pre-season reservation draws: time to send your cards

Good news! This year’s salmon count was the second highest in the history of the diving counts with 2 375. We have reached and surpassed our goal of 2 000 broodstocks.

As far as captures, 1 313 salmons were caught this season. Out of the quota of 100 kills allowed in August, only 25 large salmons were kept. When accounting for the grilses, we had a total of 53 salmons harvested.  The Mi’gmaq community has agreed to stop fishing and the fishermen are collaborating this way to help us reach our management goals.

We are trying to make our webpage as useful as possible. The water level data are available in real time. All our rates are published as well as a lodging list and a river map and most of all, the possibility to enter the draws online.

 The Cascapedia Society will soon celebrate 30 years of existence. We constantly seek to improve our management practices and your fishing experience. Enclosed is a survey that we wish you will fill out and send back. Your opinion is important to us!!!

 As for the salmon stock management plan, there will be no change for the next season. Catch and release will be mandatory in the months of June, July and September 2011. A count of over 2000 salmons on a given years does not prove to be a trend.

 The smolts run was a success this spring with an estimated count of 300 000 smolts. If we expect a proportion of 1% to return, it represents about 3000 salmons. They will start to come back as soon as next year with the grilse and the following years with the multi-sea-winter salmon.

 The stocking program is reviving given the high number of the salmon count and we are trying to collect some this fall.

The Ministry of Transportation of Quebec deserves a Lemon award for the poor quality of the work executed on Route 299. They definitely did not respect the goal of ZERO sediment in the watercourses.

Our team of guides is as ready as always whether it is high or low waters. The team cumulates many years of experience and loves to hear about yours as well. Several of our guides know the two-hands rod casting technique and we will gladly lend you one. Try it!

All our four camps are open and occupied 24/7 by our game wardens to discourage poaching. These camps are strategically located at important pools. We purchased a 4 seats car this year to increase the proportion of stationary surveillance without our car in sight. Several fines were given out in 2010.

Lastly, I want to thank you, dear fishermen and I want to remind you that the simplest way to support your river is to come and fish its waters.

Special thanks goes to the team: Darlene, Tammy, Stephanie and Julia at the office and administrative services, Ken Labrecque, supervisor of the guides: David Caplin, Perry Coull, Carl Bujold, Delphine Paul, Jason Ferland, Edward Woodman and Larry Coble (Chubby), Hervé Bujold, supervisor of the game wardens and its 19 team members and finally Valérie Moreau, new biologist, in charge of the smolt counts, the hatchery and of keeping an eye on the watershed (forestry, beavers, wood jams, watercourses landscaping).

Salmonly yours

  Marc Gauthier

General Manager

Route 299

Voici le lien pour le Rapport des travaux sur la Route 299

This summer we also spent a fair amount of time on a project that wasn’t planned for initially… To make a very LONG story short, it all started when we were heading up to go in the woods in early July to do some work for our forestry project. The forestry project aims at looking at forestry roads and specifically bridges and culverts so that there are no sediment polluting the watershed and eventually the river but also to make sure that they respect the RNI (Règlement sur les normes d’intervention – forestry rules and regulation). Our goal is Zero sediments of anthropic origin in the watershed and the river. As we are driving up river, we realized that some of the culverts and ditches work done by the ministry of transportation on the 299 is not really kosher and therefore, sends tons of sediment directly in the river. needless to say that we are not looking at the esthetics of the work but it’s function and the potential amount of sediments that could pollute the watershed and find its way into the river. Route 299 is an old existing road that follows very closely the main channel of the river. On most of its trajectory between km 12 and 58, route 299 is within 60 meters of the river shore. We do understand the difficulty of working on a major route like the 299 squished in between the river and steeps cliffs and mountains. But we also KNOW that there are ways to mitigate, there are ways to prevent the damages and there are techniques to avoid sending loads of sediments in the water while the work is being done. Therefore, if the ministry of transportation would stop and think and plan accordingly, we would’ve saved a ton of energy and so would they. But no, it didn’t happen. So we compiled a description of the 98 culverts and bridges we could find between km 12 and 60, we analyzed our database, met with them to explain our situation and views and wrote reports.

Cet été, on a aussi passé beaucoup de temps sur un projet qui n’était pas prévu au départ… Pour faire une LONGUE histoire courte, tout a commencé alors que nous étions en chemin pour aller en forêt au début juillet. Le travail de foresterie qui m’avait été donnée vise à aller visiter les routes et chemins forestiers afin de s’assurer qu’ils respectent le RNI (Règlement sur les normes d’intervention de la loi sur les forêt) mais aussi qu’il n’y a pas de déversement de sédiments dans le bassin versant qui vont éventuellement finir dans la rivière. Notre idéal est zéro sédiment d’origine anthropique dans le bassin versant et la rivière. Sur notre chemin, nous réalisons que certains travaux dans les fossés et les ponceaux de la route 299 exécutés par le Ministère des Transport du Québec ne sont pas très beaux et semble envoyer des tonnes de sédiments dans la rivière. Pas besoin de vous dire que l’on ne regarde pas la beauté esthétique ici mais sa fonction et  la quantité potentielle de sédiments qui sont susceptible de polluer le bassin versant et la rivière. La route 299 est une vieille route qui fût construite aux abords de la rivière. Sur la majorité de sa trajectoire entre les kilomètres 12 et 58, la route 299 est à moins de 60 mètres de la rive de la rivière. Nous comprenons qu’il doit être difficile de travailler dans des conditions pareilles; pris en étau entre la rivière et les falaises et les montagnes. Mais nous SAVONS aussi qu’il existe des moyens et des techniques de mitigation pour éviter d’envoyer des tonnes de sédiments dans l’eau pendant et après les travaux. Par conséquent, si le Ministère des Transport s’était arrêté, avait réfléchi et planifié en conséquence, on aurait épargné beaucoup de salive et eux aussi. Mais non, ca ne s’est pas produit alors nous avons compilé une charactérisation des 98 ponts, ponceaux et drainages que nous avons trouvés entre les kilomètres 12 et 60, nous les avons analysés, nous avons rencontré les gens du ministère pour expliquer nos vues et notre situation et nous avons écrit des rapports.

Here is a classic example of what we observed along the 299:  the dirty water of the ditch mixing in with the clean water of the little brook on a rainy day. All this water flows dirty in the main channel of the river.

Voici l’exemple classique de ce que nous avons observé sur la 299: les jours de pluie, l’eau sale du fossé se mélange avec l’eau propre du ruisseau. Tout l’eau coule maintenant sale dans la rivière.

Fine sediment like the mud we found in the ditches are bad for the fishes in the river. It decreases visibility of the water, it is an irritant for the gills, it has negative effect on the feeding ability of the salmon and trout fry and the small fishes. Gravel and coarser sediments clog the breeding grounds and fill the small crevices used by the fry for shelter.

Les sédiments fins qui proviennent de la vase des fossés sont mauvais pour les poissons. Ils diminuent la visibilité dans l’eau, ils sont irritant pour les branchies, ils empêchent les petits poissons et les alevins de saumon et de truite de se nourrir. Le gravier et les sédiment plus gros colmatent le fond de la rivière, les crevaces et abris utilisés par les alevins et les endroits utilisés pour les nids.

So this story is not over yet but this is all I will tell for now…

Finalement, cette histoire n’est pas finie mais c’est tout ce que je vais vous raconter pour l’instant…

  

 

 

 

RUISSEAU BERRY

Le gouvernement du Québec nous a donné 4500 arbres au début de la saison pour faire des aménagements. Un des endroits qui en avait le plus besoin est le Ruisseau Berry.  La construction d’un batardeau par le MTQ il y a quelques années avait laissé une remblai nu et découvert. J’y ai planté quelques 700 arbres et du gazon.

BERRY MOUNTAIN BROOK

 The society received 4500 trees at the beginning of the season from the government of Quebec. These were to be planted wherever erosion was present or the ground could need it. One of these location is Berry Mountain Brook. The dam that was built few years ago by the Ministry of Transportation of Quebec was still bare and had no vegetation at all. I planted around 700 trees and grass.

La photo montre une zone quelques jours avant les travaux.

 The picture below shows an area a couple days before.

Et le 5 octobre à la fin de la saison de croissance…

And the same area in october, the end of growth season…

Grâce à Eric Boudreau et son équipe, j’ai eu de l’aide et d’autres endroits ont été plantés: Meg’s, Trout Brook, Bulleye’s.

 Thanks to Eric Boudreau and his team, I got help with the tree planting project and other locations got trees: Meg’s, Trout Brook, Bulleye’s

The first task of the season was to do the smolt count. Smolts will leave the river in the early spring  The smolt wheel is a non-selective trap that we ancre in the river. The goal is to get an estimate of the total number of smolts leaving the river for the ocean. Water current passes throught the trap making the wheel turn and lead the fishes into the live box. Once a day, we go and check who is trapped in the live box and how many are in there. The captured smolt are then marked and released above the trap. We are hoping they will get captured again. Therefore, by knowing how many smolts were captured, marked and recaptured we can calculate an estimate of the total smolt population in the river.

This year the magic number of smolt is 295 000! The highest count so far in the history of smolt counts.

Dévalaison des saumoneaux

Mon premier mandat de la saison fût le décompte des saumoneaux. Les saumoneaux quittent la rivière tôt au printemps. La trappe rotative est une trappe non-sélective que l’on ancre dans la rivière. Le but est d’obtenir un estimé de la population totale de saumoneaux qui quittent la rivière pour leur long voyage en mer. Le courant qui passe dans la trappe fait tourner la roue et guide les poissons dans la boîte de maintient. Chaque jour, la trappe est vidée et les poissons sont dénombrés et identifiés. Les saumoneaux capturés sont markés et relâchés en amont de la rivière. Ainsi, nous souhaitons les capturer une seconde fois dans la trappe rotative. En sachant le nombre de saumoneaux capturés, markés et recapturés, on peut calculer un estimé du nombre de saumoneau en dévalaison.

Le nombre magique cet année est de 295 000! C’est le meilleur compte de l’histoire des décomptes sur la rivière Cascapédia.

Welcome!

Welcome to the Cascapedia Society’s blog! Please come back soon for all the infos and statistic of the past season!

Bienvenue sur le blog the la Société Cascapédia! Revenez bientôt pour toutes les nouvelles et les statistiques de la saison passée!